Hippocratisme digital

Écrit par les experts Ooreka

Parmi les différentes pathologies de l'ongle, on trouve :

Hippocratisme digital : suite à une autre pathologie

C'est le célèbre médecin Hippocrate, qui a décrit les signes cliniques de la maladie, il y a plus de 2 000 ans, d'où le nom de la maladie.

L'hippocratisme digital survient généralement suite à une maladie pulmonaire :

  • tuberculose,
  • mucoviscidose,
  • cancer des poumons.

Il peut aussi être causé par :

  • une pathologie cardiaque,
  • une cirrhose du foie,
  • certains cancers (cancer de la thyroïde).

C'est donc un symptôme d'une maladie primaire.

À noter : certaines formes de la maladie sont héréditaires.

Déformation du bout des doigts et parfois des orteils

Cette affection provoque une déformation de l'extrémité des doigts, parfois aussi des orteils :

  • les os de la main et du pied deviennent plus épais,
  • les ongles vont se bomber et l'extrémité des doigts perdre sa forme initiale : on décrit des doigts « en spatule ».

Ces symptômes peuvent s'accompagner de douleurs plus ou moins importantes, mais ce n'est pas toujours le cas.

Les symptômes disparaissent lorsque la maladie qui l'a causé a été soignée.

Hippocratisme digital

Pas de traitement de l'hippocratisme digital

Le diagnostic est posé suite à un examen approfondi des zones atteintes : l'examen des ongles est minutieux et précis.

Des examens complémentaires seront également prescrits afin de déterminer la maladie en cause, notamment sur les plans cardiaques et respiratoires.

Il n'existe pas vraiment de traitement lié à l'hippocratisme digital. Le traitement vise en premier lieu à soigner la pathologie qui en est à l'origine.


Pour aller plus loin


Produits



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !