Ongle dédoublé

Écrit par les experts Ooreka

Les ongles des mains ou des pieds peuvent être concernés par différents problèmes fréquents :

Ongle dédoublé : les différentes couches de l'ongle

L'ongle recouvre la couche épidermique située en dessous de lui. Il est composé de plusieurs parties :

  • le lit unguéal : épiderme situé sous l'ongle,
  • le corps de l'ongle : partie visible de l'ongle, extrémité distale du corps de l'ongle (plus blanche) que l'on va couper régulièrement,
  • la matrice de l'ongle : qui fabrique la kératine nécessaire à la formation de l'ongle, elle matrice prend son origine sous l'épiderme visible à la base de l'ongle.

Le bourrelet unguéal, lui, est le pli de peau qui entoure l'ongle de chaque côté.

La kératine à l'origine des problèmes d'ongle dédoublé

Ongle dédoublé

L'ongle a une structure semi-rigide. Il va se dédoubler lorsqu'il est fragilisé, cela signifie que la matrice produit moins de kératine.

Des troubles de la synthèse de kératine peuvent être rencontrés lors de :

  • carences en vitamines,
  • carences en sels minéraux,
  • certaines maladies,
  • contact avec des substances agressives : produits ménagers, travaux, etc.,
  • régimes amaigrissants mal adaptés.

Ces cas de figure vont avoir des répercussions visibles sur l'ongle qui deviendra plus terne, moins rigide. Il se casse également plus rapidement et se dédouble.

Nutrition et alimentation : des solutions au problème

Pour corriger ce phénomène passager, voici quelques actions à mettre en place :

  • combler les carences en apports nutritionnels : vitamines, sels minéraux,
  • avoir une meilleure alimentation,
  • appliquer du vernis fortifiant ou traitant.

Pour aller plus loin


Produits



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !